Article paru dans le Journal L'Alsace le 10 juin 2007
Un baiser sur l’affiche, une morsure sur scène. Samedi dernier au Noumatrouff à Mulhouse, pour le dernier acte du festival Elephonic, Von Magnet a littéralement magnétisé le public avec son concert/performance. À la croisée de la musique, de la danse, du théâtre et du happening, Von Magnet est issu du mouvement post-industriel. Le groupe, qui en est à son dixième album, De l’Aimant, puise sa principale inspiration dans les rythmes et les expressions corporelles du flamenco. Rythmes conjugués avec ceux, plus contemporains, de la musique électronique. Sur scène, les trois femmes et les deux hommes qui composent la troupe se croisent, se jaugent, se mesurent, se frôlent, se bousculent ou s’entrechoquent. Les talons des danseurs claquent sur le piédestal, les voix s’élèvent, puissantes, avant de s’éteindre dans un souffle ou de s’attarder dans un murmure. Coups de talons et coups de gueule : le spectacle est ponctué par la lecture de textes coups de poing qui parlent d’amour et de mort. Une prestation à la fois étonnante, détonante, remuante, dérangeante et touchante, en somme… vivante ! En seconde partie de soirée, le public du Noumatrouff a retrouvé avec gourmandise l’infatigable mais surtout talentueux chercheur de sons, Bouto. Le DJ, un temps résident du Noumatrouff avec des soirées électroniques mémorables, a lui aussi délivré un set magnétique. Von Magnet et Bouto : une conclusion idéale pour ce festival Elephonic, deuxième du nom, consacré au bruit utile et qui, une semaine durant, a fait vibrer la ville au son d’une partition originale et inédite.

A.S.