Blog Old School ))~~~~

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - musiques actuelles

Fil des billets

lundi 22 novembre 2010

LA VITRINE : Léchez-vous tenter!

Le mercredi 24 novembre La Vitrine se dévoile pour la toute première fois :-)

Venez découvrir dans cette boutique culturelle d'un nouveau genre tout un attirail d'objets, vêtements, illustrations, machins et bidules décalés, curieux, insolites, rares, différents, atypiques, excentriques, étonnants, surprenants... en bref toutes les créations originales et uniques que vos voisines n'auront jamais !

À partir de 18h, nous vous invitons au vernissage de Francis Kaufmann, photographe mulhousien à découvrir.

LA VITRINE

53 avenue Kennedy 68200 Mulhouse

Tél. 03 89 33 11 11

Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 19h - samedi 10h à 19h

Le blog de La Vitrine : http://danslavitrine.com

La Vitrine sur Facebook : http://www.facebook.com/friends/edit/#!/pages/Mulhouse-France/La-Vitrine/163990623635387

vendredi 19 novembre 2010

MULHOUSE @ BASEL

Jeudi 25 Novembre 2010 de 19h à Minuit

Bouto
























En direct depuis le bar Les Copains d'Abord, quelques allumés de Radio MNE reçoivent des voisins bâlois dont le patron du Cargo Bar.

Le Cargo est un bar situé sur les bords du Rhin au coeur de Bâle accueillant concerts, expositions et performances artistiques. Haut lieu de socialisation, de mixité et d'effusions culturelles, il gagne à être connu! Pour initier une série d'échanges, de mélanges et de dialogues avec la si proche ville de Bâle, l'émission de radio "Stammala" reçoit le Cargo aux Copains d'Abord. __ La suite de la soirée sera electro ou ne sera pas!__
Dans un premier temps, en hommage aux précurseurs de cette mouvance, DJ Bouto nous concocte un remix de Luigi Nono, compositeur des années 50. La deuxième partie de la performance se fera à quatre mains : DJ Prtz et DJ Bouto vont enflammer le bistrot mulhousien.

"Bouto est un alchimiste des sons. Menant de front une dizaine de projets incroyables, ce maître des platines et des compositions invente chaque jour la musique de demain. Attention, si vous invitez cet aventurier bruitiste chez vous, il risque fort d’improviser une soirée au fond de la baignoire, d’enregistrer votre frigo ou de vous faire découvrir une chanson de votre groupe préféré que vous ne connaissiez pas." JLW

À venir apprécier in situ ou en direct sur radiomne.com (disponible par la suite en téléchargement)

A suivre : le 16 décembre prochain, c'est au Cargo Bar que nous vous invitons pour un nouvel échange franco-suisse, electro-radio et citoyen agrémenté d'un concert des mulhousiens de Micro Penis.

___

PROGRAMME DE LA SOIREE DU 25/11

19:30 Introduction Présentation du projet Mulhouse @ Basel. L'émission Stammala (radio MNE) reçoit le Cargo Bar.

20:30 Interview de DJ Bouto.

21:00 Hommage à Luigi Nono par DJ Bouto.

21:15 Mix à 4 mains : DJ Bouto & DJ Prtz.

___

Les Copains d'Abord

13 rue Louis Pasteur

68100 Mulhouse

www.myspace.com/lescopainsdabord

jeudi 12 août 2010

eRikM, le platiniste du déséquilibre

Plasticien, compositeur, musicien, eRikM est un artiste polymorphe et hyperactif d'origine mulhousienne. A l'invitation du festival météo, il revient dans sa ville natale pour une carte blanche de toutes les couleurs.

Il fait partie de ceux qui ont donné aux platines de DJ leurs lettres de noblesse en dehors des dancefloors des discothèques. Membre dans sa prime jeunesse des groupes précurseurs Daddy Long Legs ou Kill the Thrill, eRikM a depuis parcouru un chemin impressionnant, s'installant à la friche Belle de Mai à Marseille, multipliant les collaborations et les créations dans le monde entier. Le réjouissant festival météo, démarrage le 12 août au parc Salvator, invite l'enfant prodige à partager ses rencontres, à travers une carte blanche itinérante le 22 août, un concert à DMC le 26 et un atelier «austral» ...

Jogging sundgauvien

Le voyage en autocar du dimanche 22 août s'annonce curieux et vagabond, mélangeant allègrement découverte de lieux dédiés à l'art contemporain et de performances secouées. A l'heure du déjeuner, après la visite de l'expo MoNo à l'espace Gantner de Bourogne, on dégustera sans se déplacer Norbert Möslang en hors d'oeuvre. Cet aventurier suisse, l'un des mentors d'eRikM, moitié du duo Voice Crack disparu en 2002 - après avoir joué sous le théâtre de la Sinne en 1969 (!), a représenté la Confédération Hélvétique à la Biennale de Venise en 2001. Artiste visuel et sonore, il fut l'un des premiers à détourner les objets électroniques du quotidien «électroménagé» dès les années 70. On file ensuite au CRAC d'Altkirch pour accompagner le «Jogging» de Natacha Muslera, chanteuse performeuse qui aime courir sur un tapis roulant jusqu'à l'épuisement … Avant-dernière étape de ce périple campagnard, la FABRIKculture d'Hégenheim, où eRikM s'acoquine avec dj Sniff, platiniste japonais installé à Amsterdam, responsable d'un centre de recherche et de développement sur le son, un genre d'IRCAM en plus alternatif. En soirée, rendez-vous final à la Kunsthalle de Mulhouse et changement de génération pour vivre l'installation de Julien Clauss, jeune Strasbourgeois vivant entre Marseille et la Drôme. Que va nous proposer cet adepte de radio dans la nature, de vibrations radicales et de concerts audio-tactiles ? Peut-être une combinaison à revêtir pour sentir physiquement les sons qui nous transperceront ...

Expérience industrielle à DMC

Les aficionados de météo, les Mulhousiens qui aiment leur ville et les curieux de l'oreille ne rateront pas la suite des pérégrinations d'eRikM le 26 août sur le site des anciennes usines DMC. Lieu propice s'il en est pour du son industriel à son meilleur, une expérience en compagnie de FM Einheit, percussionniste des mythiques Einstürzende Neubauten. Et ceux qui en veulent toujours plus s'inscriront au stage «Austral», une semaine de création et d'improvisations dont l'issue est heureusement incertaine ….

Ce retour vitaminé d'eRikM dans la ville de son enfance s'annonce fertile en rebondissements. L'artiste désormais phocéen est reconnaissant à Adrien Chiquet, maître des cérémonies «météorologiques», d'être le moteur d'un festival central au niveau européen, qui permet de voir ce qui n'existe pas ailleurs, loin de toute frilosité culturelle. Programmé en fin d'année au Japon et en Asie, eRikM reste cependant accro à la cité du Bollwerk dans l'âme. «Chez moi, c'est Mulhouse, pas Marseille. Mes copains d'enfance, mes amis, ma famille sont ici. Et la ville a changé, s'est embellie. Il y a des moyens ici qui n'existent pas dans le sud. Les propositions culturelles sont impressionnantes, surtout avec les villes à côté. Et les jeunes d'ÖDL vont finir par avoir un lieu pour remplacer la Verrerie. Juste, les numéros des bus ont changé, ça m'énerve, il faudrait revenir aux anciens numéros (rires). Mais je resterai à Marseille pour la lumière et la qualité de la vie ...»

Y ALLER

  • 27e édition du festival météo jusqu'au 28 août à Mulhouse ville et campagne.
  • Journée «in bus with eRikM» le dimanche 22 août : départ du bus à 11h à la Kunsthalle Mulhouse, Norbert Möslang à 12h30 à l'espace multimédia Gantner de Bourogne (90), Natacha Muslera à 15h30 au CRAC Altkirch, eRikM + DJ Sniff à 19h à la FABRIKculture à Hégenheim, Julien Clauss à 21h à la Kunsthalle Mulhouse.
  • Stage eRikM du 23 au 27 août au conservatoire.
  • ErikM & FM Einheit + Maja Ratkje solo le 26 août à 17h30 à la friche DMC. Expo MoNo jusqu'au 18 septembre à l'espace Gantner Bourogne.


SURFER

(article paru le vendredi 13 août 2010 dans le quotidien régional L'Alsace - www.lalsace.fr/)

samedi 17 janvier 2009

Trax vote pour radiowne.org

Radiowne.org dans Trax !!!

Il n'est plus temps de courir acheter le bon magazine Trax N°120 du mois de décembre 2008, mais signalons que Radiowne.org y est présenté en troisième place d'une sélection de 10 webradios du monde entier. L'article présente les webradios comme les nouvelles radios libres ... mais à quel prix ? Rappelons que la SACEM réclame en moyenne une taxe de 1800 euros par an à chaque webradio, sachant que les programmations musicales des ces antennes correspondent souvent très peu au catalogue de la fameuse société des auteurs ... Enfin, longue vie aux webradios libres...allez jeter une oreille sur une radio vraiment atypique, radiowne.org. Bonne écoute.

Ce que dit Trax de radiowne.org : Atypique, elle émet des musiques émergentes, concocte de programmations étranges et retransmet des phénomènes acoustiques anormaux depuis Mulhouse.

trax120.jpg

vendredi 28 novembre 2008

Portes ouvertes le samedi 20 décembre 2008

En association avec WNE - radio Warum Net Experience, Old School organise une journée d'informations et d'échanges le samedi 20 décembre 2008 de 15h à 22h dans ses nouveaux bureaux communs au 53 avenue Kennedy.

Au programme de cette après-midi ouvert à tous :

  • Inauguration du nouveau studio radio WNE
  • Ateliers "Education aux médias"
  • Apéro musical
  • Petites formes de spectacle

N'hésitez pas, venez nous voir et découvrir comment participer à un projet culturel novateur !


photo jean-benoit.com

dimanche 2 novembre 2008

SuperSounds, le onze de la nouvelle saison

Nos amis colmariens ont de la chance: la fédération Hiéro Colmar redémarre fort avec la onzième édition du festival SuperSounds. Des concerts dans toute l’Alsace pendant le mois de novembre.

SuperSounds est une bonne idée colmarienne qui a déjà onze ans. A l’origine en 1998, la volonté de découvrir une ribambelle d’artistes inconnus et surprenants a guidé la naissance de ce festival défricheur. Dans la famille indie, les programmateurs successifs se sont promenés aux quatre coins du monde pour dénicher des artistes éclectiques, folk, pop, rock, électro, noise, jazzcore et bien plus. Avec une curiosité insatiable pour dénicher des Japonais iconoclastes ou des Suédois barbus qui inventent aujourd’hui la musique de demain. Pierre Poudoulec, le nouveau booker du festival, bien connu des Strasbourgeois pour avoir relancé la salle de spectacles alternative du Molodoï, s’est emparé avec délices de SuperSounds 2008 pour signer la résurrection d’une fédération Hiéro Colmar en plein renouveau.

L’affiche 2008 du festival est alléchante, proposant en un mois une quinzaine de rendez-vous avec plus de 40 groupes à travers toute l’Alsace, de Strasbourg à Mulhouse en s’arrêtant bien sûr pas mal à Colmar. Hiéro s’est en effet attaché à fêter ses 15 ans en associant à SuperSounds des partenaires comme le Noumatrouff qui a le même âge, le Grillen qui va sur ses 10 ans ou le Lézard, l’ancêtre qui souffle ses 20 bougies. Les lieux visités sont nombreux et parfois étonnants, on retrouve ainsi des sites « historiques », comme l’attachante MJC qui a accueilli les premiers concerts Hiéro ou le Poussin Vert, le café culturel et alternatif indispensable de la cité de Bartholdi. Les deux concerts d’ouverture prendront d’ailleurs place ce soir dans ces sites emblématiques. Avec Mahjongg, tribu free funk punk de MJC de Chicago, et Leo88man, folk intemporel en ballade à travers les champs verts du poussin. Schirach se représente

Parmi les autres artistes programmés, citons quelques poissons pilotes. Les énergétiques hollandais the Ex, associés à l’incroyable saxophoniste éthiopien Getatchew Mekuria, les Américains Why ? qui réinventent un pop sucrée à base de hip-hop et d’électro, An Albatross, furie nihiliste incendiaire, Otto von Schirach, électro qui vient de Miami mais ça ne s’entend vraiment pas… Mais le mieux est d’adhérer à Hiéro pour 20 euros et miracle, tout devient gratuit ! Ou comment devenir curieux pour pas cher. Colmar nous schtroumpfera toujours !

infos Hiéro Colmar tél. 03.89.41.01.81 www.hiero.fr. Les concerts sont gratuits pour les membres Hiéro (adhésion 20 euros) sauf au Molodoï et au Lézard. Le concert le plus cher est à 12 euros, le prix moyen d’un concert est de 5 euros en location Fnac et de 8 euros à la caisse du soir.

lundi 2 juin 2008

Lucie in the skeud

Joan, le fameux dessinateur mulhousien, dont on trouve les créations dans Spirou, l’Echo des Savanes, les DNA ou encore dans la collection “Accros de Muzzik” chez Albin Michel BD, est un amateur forcené de rock. Il s’est amusé à customiser une quarantaine de pochettes de vinyls. L’exposition “Lucie in the skeud” permettra à tout un chacun d’apprécier ces dessins surprenants.

Quelques pochettes sont visibles à l’adresse http://gallery.mac.com/jlw2

La tournée de l’expo :

Du jeudi 15 mai au dimanche 1er juin 2008 BAR LE 50 50 rue de Lancry - Paris 10ème Vernissage jeudi 15 mai à 19h

Du jeudi 5 au samedi 28 juin 2008 LES COPAINS D’ABORD 13 rue Louis Pasteur 68100 Mulhouse Vernissage jeudi 5 juin à 18h

Du vendredi 11 juillet et pour tout l’été HAKUNA MATATA Place Diane 84120 Pertuis (Vaucluse) Vernissage le vendredi 11 juillet

Du jeudi 7 au jeudi 18 septembre 2008 CAFÉ DES SPORTS 94 rue du Ménilmontant - Paris 20ème Vernissage jeudi 4 septembre 19h finissage jeudi 18 septembre 19h

Du samedi 27 septembre au dimanche 12 octobre FESTIVAL INTERNATIONAL DU DISQUE DE PERPIGNAN Couvent des Minimes ou église des Dominicains

kiss.jpg

mardi 31 juillet 2007

La Vieille Ecole s'envole au Japon

Après Detroit (Etats-Unis) et les Francofolies de Montréal (Canada) en juillet 2006, le groupe hip hop mulhousien a choisi le pays du soleil levant pour ses congés d’été du 14 au 20 août 2007. Sous la houlette de leur maître manager François Horn, les cinq musiciens participeront au Tiempo Festival à Fukuoka les 18 et 19 août. On parle déjà de la Chine pour septembre ... Et pourquoi pas le Pérou ?

www.tiempo.jp

www.vieille-ecole.com

lve.jpg

mardi 6 février 2007

Le patron punk et l’artiste maudit

article paru dans le Journal L'Alsace le 6 février 2007

www.lalsace.fr

Arnaud Lang est une figure mulhousienne. Star du mouvement punk il y a une vingtaine d’années, il a ouvert un bistrot, rue de l’Arsenal, où il accueille samedi un autre personnage étonnant de la cité : Denis Scheubel, artiste maudit qui ne cesse de réinventer sa musique.

Arnaud a pas mal bourlingué après sa jeunesse pleine de crêtes. Il a notamment passé une bonne dizaine d’années à se promener dans toute l’Europe, de Moscou à Rome, travaillant comme roadie pour une entreprise londonienne, accompagnant sur la route des artistes aussi différents que Madonna, Miles Davis ou Robert Plant. Mais Mulhouse est définitivement une ville incroyable et attirante comme un aimant, puisque notre héros a carrément choisi d’abandonner le reste du monde pour s’y installer. Investissant ses quelques économies, notre patron punk recyclé y réalise son rêve : ouvrir un bar musical et convivial, en compagnie de Barbara, charmante Italienne qui a quitté Milan pour l’Alsace… L’Atomika est né en décembre dernier, prenant la suite de bistrots légendaires et joyeux comme la Balle d’Or ou le Galion. Avec le plein de surprises musicales dans sa hotte : des shows à venir et surtout, enfin, de la bonne musique énervée et pas commerciale à savourer du mardi au dimanche à partir de 17 h.

En attendant les Sons des Disco en concert le 24 février, c’est Denis Scheubel, alias S.I.N.E.D., monument régional s’il en est, qui nous présentera son nouvel album en version live samedi prochain. Auteur, compositeur, interprète, ce musicien multicartes et poète urbain construit depuis des années une œuvre singulière. Ancien acolyte du désormais célèbre Fred Poulet lorsqu’il était encore mulhousien, il a signé au siècle dernier un album sous le pseudonyme Bigmini chez Saravah, label découvreur notamment de Jacques Higelin. Poursuivant inlassablement sa quête du Graal musical, il continue à sillonner bars et salles de concert avec ses nouvelles créations, quelque part entre électro, rock, pop et chanson, dans son univers si particulier… Son cinquième album « Bruit roux » sort à l’instant de l’usine et du label Old School. Un artiste prolifique et magique, à découvrir dès samedi.

Y ALLER. S.I.N.E.D. alias Denis Scheubel en concert à l’Atomika, 38 rue de l’Arsenal à Mulhouse le samedi 10 février à 21 h. Entrée libre. Infos tél. 03 89 46 42 85 web du bar www.myspace.com/baratomika web de l’artiste www.myspace.com/sinedmusic.

JLW

lalsace060207.jpg

Denis Scheubel sera à l’Atomika de Mulhouse samedi.

dimanche 28 janvier 2007

Les musiques actuelles à la loupe

© Dernières Nouvelles d'Alsace, Dimanche 28 Janvier 2007

Demain lundi débute un trimestre de formation aux musiques actuelles, fruit d'un partenariat entre Hiéro Colmar, par le biais de son programme EuropPop, le CDMC et les Dominicains. Pour les amateurs et les professionnels.

« Ce semestre qui débute demain part d'un besoin de formation dans des domaines divers, pas que pour les musiciens, mais aussi à l'attention des graphistes, des managers, des régisseurs, des salariés et des bénévoles des associations », explique Jean-Luc Wertenschlag, de Hiéro Colmar, en co-production sur ce projet avec le CDMC (Conseil départemental pour la musique et la culture Haute-Alsace).

« Depuis la Star Ac', pas mal de jeunes s'intéressent à la variété. Il faut répondre à cette nouvelle demande »

 « 600 professeurs de musiques salariés sont concernés par le CDMC. Depuis la Star Ac', pas mal de jeunes s'intéressent à la variété. Il faut répondre à cette nouvelle demande, mais ces enseignants n'y sont pas forcément formés », poursuit Jean-Luc Wertenschlag.
 Les musiques nouvelles sont donc ici appréhendées dans leur globalité, avec des intervenants de choix. Demain est abordée la question de la micro entreprise, des démarches administratives à sa gestion.
 Le mois prochain sera évoquée la professionnalisation du groupe. Stéphan Le Sagère, auteur de Profession, artiste, édité par l'IRMA, membre du Conseil supérieur des musiques actuelles, évoquera l'intermittence, la question des contrats, et avant tout cette question décisive, amateur ou pro ?
 L'histoire des musiques actuelles, le cahier des charges techniques pour un concert - délocalisé au Caf' Conc d'Ensisheim , lnternet, le multimédia, les sujets abordés sont vastes.
 Le voisin allemand fera également l'objet d'un module de formation. La Jazz ' Rock Schule de Fribourg s'intéresse en effet de longue date aux musiques actuelles, il peut être enrichissant de se pencher sur son fonctionnement. « L'idée est de pousser les intervenants et les stagiaires à franchir le Rhin, leur expérience peut nous servir », remarque Jean-Luc Wertenschlag.
 Les frais d'inscription peuvent être pris en charge par l'employeur. Il reste des places dans tous les modules de formation.

M. A.-S.

Inscriptions et renseignements au 03 89 74 94 63. www.cdmc68.com. contact@cdmc68.com.
 Lundi 29 Janvier. De 9 h 30 à 12 h 30 au CDMC aux Dominicains. La micro entreprise, avec Dominique Wadel. Tarif : 5 €.  Lundi 19 et mardi 19 février. De 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 17 h 30 au CDMC aux Dominicains. La professionnalisation du groupe, avec Stéphan Le Sagère. Tarif : 50 €.  Jeudi 1er et vendredi 2 mars. De 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 17 h 30 au CDMC aux Dominicains. Les Repères Historiques et Stylistiques, avec Louis Chrétiennot. Tarif : 50 €.  Vendredi 9 mars. De 14 h 30 à 17 h 30 au Caf'Conc d'Ensisheim. Les aspects techniques des répétitions et du concert. Avec Rémy Bux. Tarif : 5 €.  Jeudi 19 et vendredi 20 avril. Le 19 de 14 h 30 à 17 h 30 et le 20, de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 17 h 30 au CDMC aux Dominicains. L'initiation au multimédia, avec Karim Oudina. Tarif : 45 €.  Lundi 23, mardi 24 et vendredi 27 avril. De 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 17 h 30 au CDMC aux Dominicains. Le fonctionnement de nos voisins à Freiburg, avec Zeus B. Held. Tarif : 35 € (bus, dîner et concert).



Trois mois de formations aux musiques actuelles.

vendredi 26 janvier 2007

La Vieille Ecole en live

Article paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace le 26 janvier 2007

Date mémorable dans la carrière de La Vieille Ecole, pourtant rompue à l'exercice de la scène, le 14 août 2006. Ce soir-là, le combo mulhousien a joué devant 7 500 personnes au théâtre de plein air, juste avant Jamiroquaï. C'était à la Foire aux vins de Colmar.

La prestation ne restera pas que dans les têtes, puisque Old School distribue ces jours-ci le DVD de la performance, réalisé et co-produit par ArtWaves. Les titres de La Vieille Ecole, Tout le monde, 10 ans après ou Hip hop salsa y figurent, mais aussi ceux de Jesers, Serge Moniz en solo, et ses interprétations de Bonnie and Clyde et de Le poinçonneur des Lilas. L'occasion de retrouver la bande à Jesers, DJ Vagio, Ali, Fyl, Mimi et Renaud, et son world hip-hop mâtiné de sonorités cap-verdiennes. En bonus, deux clips, Limité mon gars, du groupe, réalisé par Lili ' BekO, et Le poinçonneur des Lilas, de Jesers, réalisé par ArtWaves.

DVD en vente sur http ://shop.hiero.biz. Tarif : 14 €.

Vendredi 26 janvier. A l'initiative d'Old School, quatre groupes sur scène à l'occasion de la sortie de leurs albums respectifs : La Vieille Ecole, Divas (rock), Sined (electropop) et Sons des Disco (electrokitsch). A 20 h 30 au Noumatrouff, 57 impasse de la Mertzau. Entrée 5 €. 03 89 32 94 10. La Vieille Ecole sera à 17 h à la FNAC Mulhouse.




La Vieille Ecole, le 14 août dernier. (Photo archives DNA)

© Dernières Nouvelles D'alsace, Vendredi 26 Janvier 2007. -

mercredi 24 janvier 2007

Soirée Old School

Article paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace le 24 janvier 2007

A l'occasion de la sortie de leurs albums et même d'un DVD, quatre groupes locaux se retrouvent sur la scène du Noumatrouff.

Trois CD et un DVD-live. Cela valait bien un concert en commun, surtout lorsqu'on vient de surcroît d'intégrer la même écurie : l'agence de promotion Old School, qui a proposé à une dizaine de groupes haut-rhinois de les aider à se faire connaître (voir DNA du 20 janvier).

La vieille école et Sined, Sons of Disco et Divas partageront donc vendredi la scène du Noumatrouff pour un concert exceptionnel. Quatre groupes, quatre styles, quatre actualités. Groupe phare de la scène hip hop mulhousienne depuis une bonne douzaine d'années, La vieille école sort ainsi carrément son premier DVD live. Enregistré l'été dernier à la Foire aux vins de Colmar, ce dernier reprend onze titres et présente bien sûr quelques indispensables bonus : un clip de La vieille école et un autre de Jesers Serge. Autre vétéran : Denis Scheubel. Un vieux routier de la pop, ancien acolyte de Fred Poulet, qui tente aujourd'hui sous le pseudonyme de Sined l'aventure en solo avec un 5e album intitulé Bruits Roux, recueil électrop au ton intimiste et décalé. Un univers à mille lieues du rock flamboyant de Divas, qui sort lui aussi un album cinq titres bourré d'énergie. Quant à Sons of Disco, ce tout jeune duo colmarien s'est largement fait remarquer ces derniers mois avec ses compositions « electrokitsch ». La preuve : leur CD est déjà dans les bacs. Voilà l'occasion de le redécouvrir. Tous ces albums seront bien sûr disponibles vendredi soir au Noumatrouff, ainsi qu'à la Fnac de Mulhouse.

J.-M.L.

Vendredi 26 janvier à 20 h 30 au Noumatrouff, 57 impasse de la Mertzau. Entrée 5 €, gratuit pour les membres Hiéro et Old School. 03 89 32 94 10.

La vieille école.

© Dernières Nouvelles D'alsace, Mercredi 24 Janvier 2007.

samedi 20 janvier 2007

Sur les sentiers de la gloire

Article paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace le 20 janvier 2007

Old School et le Noumatrouff ont décidé d'offrir à certains groupes haut-rhinois un accompagnement personnalisé.

Tous les musiciens vous le diront : le tout n'est pas de jouer, encore faut-il être écouté. D'où la nécessité d'élaborer une solide stratégie de développement, histoire de mettre toutes les chances de son côté. Un dossier de presse bien ficelé ou un site internet ne font certes pas tout. Mais ça aide... Forte de son expérience avec La vieille école, l'association mulhousienne Old School a donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Elle vient de lancer sa propre agence de promotion d'artistes, avec le soutien du fonds social européen. « Nous nous sommes dits qu'à force de rencontrer des gens, de trouver des plans de concerts et de négocier des partenariats, un travail plus collectif pourrait être mis en oeuvre, d'autant que nous sommes très sollicités », explique son directeur Jean-Luc Wertenschlag. Une dizaine de groupes se sont vus proposer les services de l'agence, choisis parmi ceux présentant le plus fort potentiel : Sons of Disco, Denis Scheubel, Denum, Parano, Force Fed, Divas, Ahmed el Salaam, La vieille école, Keven Swift... Après recensement de ses besoins, chacun bénéficiera d'un accompagnement personnalisé. L'objectif ? Faire accéder un groupe de l'écurie à une notoriété nationale. « C'est plus un tremplin qu'on essaie de construire qu'une tour d'ivoire », commente Jean-Luc Wertenschlag. Si jamais quelque chose se passe avec un groupe, il va nous quitter, on le sait ». Des actions de promotion spécifiques viendront compléter le dispositif : à Mulhouse, elles prendront la forme d'une série de concerts dans les bars de la ville, en février. Et Old School projette d'organiser des soirées alsaciennes à Paris afin de faire connaître la scène régionale. Stratégiquement, cela pourrait avoir lieu juste avant le Printemps de Bourges... Un bonheur n'arrivant jamais seul, le Noumatrouff dégaine au même moment une offre similaire, avec cette fois l'aide du Conseil général du Haut-Rhin et du Conseil régional. « Cela existait déjà avant, mais maintenant on le formalise », précise Olivier Dieterlen, bien décidé à voir la structure jouer à plein son rôle de centre de ressources pour les musiques actuelles. Là encore, la formule de l'accompagnement personnalisé a été retenue. Qu'il s'agisse de trouver des dates de concerts, peaufiner sa scénographie ou élaborer du matériel de promo, le Noumatrouff met toutes ses compétences à disposition. Quitte à recourir à des intervenants du Conservatoire de Mulhouse pour tout ce qui concerne l'aspect artistique. Deux groupes se sont déjà vu proposer une convention : Last Minutes et Valiumvalse. D'autres sont en négociation. Concurrentes, les deux initiatives ? Complémentaires, plutôt. Chez Old School comme au Noumatrouff, tout le monde tombe d'accord sur la nécessité d'accompagner davantage les musiciens. Et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues : « pour faire décoller la scène locale, il faut des lieux de diffusion mais aussi des labels, des tourneurs, des éditeurs...C'est tout un tissu qui fait que des groupes peuvent émerger », estime Olivier Dieterlen. Issu de la scène strasbourgeoise, Abd al Malik vient tout juste de percer. La prochaine découverte alsacienne sera-t-elle enfin haut-rhinoise ?

Jean-Michel Lahire


Renseignements : www.old-school.fr et www.noumatrouff.com


Le Noumatrouff. Et La vieille école.

© Dernières Nouvelles D'alsace, Samedi 20 Janvier 2007. - Tous droits de reproduction réservés

mercredi 17 janvier 2007

Formation : Musiques actuelles, mode d’emploi

article paru dans le [Journal L'Alsace le 17 janvier 2007]

Monter une sono, connaître le régime de l’intermittence… Autant de sujets disséqués par Hiéro et le CDMC à Guebwiller, lors d’un semestre de formation consacré aux musiques actuelles.

Depuis deux ans, Hiéro proposait des sessions de formation autour des musiques actuelles, à destination des bénévoles associatifs. Dans le cadre du projet transfrontalier Europop, en collaboration avec la Jazz und Rock Schule de Fribourg, la Fédé Hiéro s’est trouvé des atomes crochus avec le Conseil départemental pour la musique et la culture de Haute-Alsace (CDMC), qui souhaitait également s’investir en faveur des musiques actuelles. Ensemble, les deux associations ont concocté un semestre de formation à destination « des musiciens et des équipes qui les entourent, des associations et des porteurs de projets ». L’objectif : « mieux appréhender les multiples aspects des musiques actuelles, de la législation à la technique en passant par le multimédia ».

La solution micro-entreprise

« On travaille déjà avec l’association Old School à Mulhouse pour accompagner les artistes, explique Jean-Luc Wertenschlag, chargé de mission chez Hiéro. Mais au-delà de la proposition artistique, il est tout aussi important pour les artistes d’avoir tout un environnement favorable, des interlocuteurs dans des domaines multiples : managers, graphiste, photographe, merchandising. La formation s’adresse autant aux musiciens qu’à tous ces gens qui peuvent les accompagner. » Parmi les modules proposés, les sujets sont très variés. Démarrage le 29 janvier autour de la micro-entreprise, avec Dominique Wadel, directeur de l’agence Vecteur à Mulhouse (tarif : 5 €) : « La micro-entreprise peut-être une solution simple et efficace. C’est une réponse adaptée à beaucoup de situations qu’on rencontre sur le terrain, dans le monde des musiques actuelles, car la gestion associative est parfois plus acrobatique vis-à-vis de la législation. » À la mi-février, Stéphan Le Sagère, musicien, ancien syndicaliste, directeur de la Fédération nationale des écoles d’influences jazz et musiques actuelles, abordera pendant deux jours « la professionnalisation du groupe » (50 €) : « C’est un pédagogue né, et il maîtrise sur le bout des doigts le jargon administrativo-légal, de l’intermittence à la gestion associative, commente Jean-Luc Wertenschlag. On invite tous les managers de groupes à s’inscrire : ils auront les réponses aux questions qu’ils se posent sur le choix à faire entre rester amateurs ou basculer dans le monde professionnel. » Le reste du programme abordera aussi bien les repères musicaux (50 €) que les aspects techniques du concert (au Caf-Conc d’Ensisheim, 5 avec un concert en soirée) ou le multimédia, avec une initiation (45 ) et une formation plus pointue à la création de sites internet (100 €). Sans oublier une journée conviviale à Fribourg la veille du 1er mai, histoire de mieux cerner le fonctionnement culturel de nos voisins allemands (35 , bus, dîner et concert compris).

S’INSCRIRE Inscriptions prolongées jusqu’au 19 janvier. Renseignements au CDMC de Guebwiller, service formation : 03.89.74.94.69. Sur internet : www.cdmc68.com

Clément Tonnot

lalsace170107.jpg

''Des aspects techniques à la législation, les groupes et leur entourage auront toutes les réponses à leurs interrogations.

Archive Hervé Kielwasser''

lundi 15 octobre 2001

L'esprit rock du Barathon

Article paru dans le Journal L'Alsace le 15 octobre 2001

Parcours musical dans plusieurs bars du centre ville mulhousien, le Barathon a joué une nouvelle fois la carte de la diversité et de la découverte.

MULHOUSE est sortie samedi soir de sa léthargie musicale habituelle à l'occasion de la nouvelle édition du Barathon concoctée par la fédération Hiero. Un simple retour aux sources en fait pour une ville qui au début des années 1990 pouvait se targuer sans complexe d'une étiquette rock. Depuis les choses ont pas mal changé. La relève musicale se fait quelque peu attendre, les endroits pour se produire live se faisant, eux, de plus en plus rares. Aussi, le Barathon de ce week-end est arrivé à point nommé pour remettre les pendules à l'heure. Son concept : amener le public à suivre un parcours musical de plusieurs étapes de bars en bars. " Depuis les premières éditions nous avons voulu impulser un caractère festif à l'initiative expliquait Jean-Luc Wertenschlag, l'un des pères fondateurs du Barathon. Le bar, espace de convivialité par définition, nous a semblé l'endroit idéal. C'est une bonne opportunité pour les groupes, souvent peu connus, de se produire sur scène. L'idée a visiblement séduit. À tel point que la formule mulhousienne pourrait prendre une dimension d'envergure nationale avec une vingtaine de villes participant au Barathon du printemps prochain. En attendant, samedi soir, c'est Sylvie et son accordéon qui en début de soirée a donné le ton à l'édition automnale mulhousienne au café Montaigne. Chansons à boire, chansons à vivre, toutes vieilles comme le monde et reprises en coeur par l'assistance, l'ambiance était joyeusement guinguette. On changeait de registre, ensuite, avec le trio Jan Vanek chez Selma pour un répertoire aux accents manouches laissant libre cours aux improvisations. Énergiques et festifs, hors norme rythmiquement, ils ont été sans doute la révélation de la soirée. Le Passage accueillait, lui, la Space Family strasbourgeoise toute heureuse de venir présenter À force, son nouvel album. La Space, habituée à la scène, a proposé sa fusion funk-rock. Au final, sa prestation musicalement irréprochable n'aura pas masqué son manque singulier d'audace et de folie pour se démarquer d'un style entendu et réentendu. À quelques mètres de là, au Galion, le problème ne se posait pas vraiment pour Didi Kaiser et son band. À contre-courant depuis ses débuts, Didi n'a pas manqué une nouvelle fois de prendre tout le monde à contre-pied en proposant un set irréprochable oscillant entre chansons et envolées musicales expérimentales. Le Barathon donnait ses ultimes soubresauts au Parallèle pour un final époustouflant avec la déferlante post-rock, teintée électro, de Gingko. Dj Hamid se chargeant, lui, aux platines de mettre tout le monde d'accord jusqu'au petit matin. Seuls couacs d'une soirée réussie : le retard quasi systématique des concerts par rapport à la programmation initiale et l'annulation en dernières minutes de deux concerts. Un détail pour les noctambules mulhousiens, une occasion de plus pour tous les autres de clamer que le rock ne sera jamais un milieu vraiment sérieux.


Marc-Antoine Vallori


lalsace151001b.jpg

lalsace151001.jpg
Des concerts, du public et des rencontres, c'était le Barathon samedi soir à Mulhouse.

jeudi 13 septembre 2001

Musiques d'aujourd'hui en Haute-Saône

Article paru dans le Journal Le Pays le 13 septembre 2001

A Pont-sur-l'Ognon aux domaines des Tuileries, samedi 6 octobre, se tiendra un forum-concert intitulé « L'appel d'airs », pour une mobilisation pour la musique actuelle dans le département.

Depuis maintenant plus de trois mois, Jean-Luc Wertenschlag et Harty Kremer (fédération Hiéro Mulhouse) rencontrent les musiciens, les acteurs associatifs et institutionnels dans le cadre d'une étude sur les musique actuelles en Haute-Saône. Professionnels des musiques amplifiées, ils ont créé et gèrent le Noumatrouff à Mulhouse et ont été mandatés pour leur expérience concrète afin d'évaluer localement ce secteur culturel spécifique. Ils remettront officiellement leur évaluation et recommandations lors du forum du 6 octobre 2001. Cette étude qui se veut délibérément proche du terrain, fera l'objet d'une publication qui mettra en valeur les atouts mais aussi ce qui, selon eux, devrait être amélioré pour envisager une véritable professionnalisation de ces nouvelles pratiques. Tout au long de leurs investigations, ils se sont attachés à se faire rencontrer les différents acteurs pour que puisse éclore dans un avenir proche une dynamique qui puisse répondre à une demande certes existante, mais aujourd'hui encore beaucoup trop dispersée. Le forum du 6 octobre comportera également une partie musicale et festive, organisée par un collectif d'associations locales et permettra de valoriser le savoir-faire des associations ancrées dans le paysage des musiques d'aujourd'hui du département. Cette initiative inédite tentera aussi de marquer les esprits sur la nécessité impérieuse de mutualiser les moyens, tant humains que matériels. Selon le résultat de cette journée, le taux de fréquentation, l'ambiance et l'impression générale qui en découlera, chacun pourra rapidement imaginer le futur d'un véritable collectif. Lors du débat auquel assisteront représentants de l'Etat et des collectivités locales, artistes et associations, on abordera sous la houlette d'un modérateur la question de l'utilité ou non d'un lieu de diffusion pour ces nouvelles pratiques culturelles. Besoins réels, rêves ou utopies, avantages et inconvéniens, intérêt pour le développement culturel et l'image du département, le modérateur favorisera un dialogue ouvert, responsable et constructif entre les différents protagonistes. Une occasion est donnée ainsi de confronter les idées de ceux qui souhaitent avec les impératifs de ceux qui décident, pour la musique en Haute-Saône, à Pont-sur-l'Ognon, le 6 octobre prochain, aux domaines des Tuileries, dès 16 h jusqu'en soirée.

vendredi 18 juillet 1997

Bidouilleur de génie

Article paru dans le Journal L'Alsace le 18 juillet 1997

Depuis le début du festival Bêtes de Scène, les Internautes du monde entier peuvent assister aux concerts du Nouma par web interposé. Une première en France.

LA CONCURRENCE entre les concerts et le cyber-café installé sur la petite scène du Noumatrouff devient serrée. Il faut dire que ce dernier n'en finit plus d'épater les foules. De quoi s'agit-il ? De proposer à toute personne équipée d'un modem de voir, en direct ou en différé, les concerts proposés dans le cadre du festival Bêtes de scène, dans leur intégralité et avec une qualité de son exceptionnelle. Vous avez manqué le concert d'Alfredo Rodriguez samedi soir ? Pas de problème, cliquez là et vous y serez. Et ça marche : un Internaute américain a remercié les concepteurs du sytème pour avoir passé la soirée - par web interposé - en compagnie d'Asian Dub Foundation.

PETITE MERVEILLE

Cette petite merveille technologique est le fruit du travail acharné de Gareth, bidouilleur de génie, qui s'est donné pour mission de développer les potentialités de la toile d'araignée Internet. D'origine anglaise, aujourd'hui installé à Colmar, Gareth travaille depuis plus d'un an sur les transferts de données à distance. Johnatan, son comparse, également ressortissant britannique, est lui ingénieur informaticien à Soultz. Il profite de son temps libre pour assister Gareth. Vice-président d'Agora Guebwiller, Jonathan était en contact avec la fédération Hiéro depuis quelque temps.

MODE D'EMPLOI

« J'ai fait la connexion entre les capacités de Gareth et ce qu'avait envie de mettre en place Jean-Luc Wertenschlag. Il y a six mois, la technique était en place. Jean-Luc nous a fait confiance et voilà comment nous sommes arrivés là », raconte Jonathan. Alors, comment ça marche ? Une caméra filme en couleur le concert, à raison de 5 à 10 images par seconde. L'image et le son, numérisés, sont alors digitalisés par l'ordinateur. Les données, en langage binaire (une suite de 0 et de 1) sont alors prêtes à être envoyées sur Internet.

QUALITÉ DU SON

La transmission passe par le réseau numérique intégré de service (RNIS de France Télécom), puis arrive sur le serveur, installé à Strasbourg et est ensuite redistribué sur Internet. Les pages Hiéro (http:// www.fede-hiero.com) donnent le mode d'emploi pour accéder aux concerts. « Nous avons privilégié le son à l'image. Sur Alfredo Rodriguez par exemple, l'image change toutes les 10 secondes. D'ailleurs, contrairement à l'idée reçue, le son est beaucoup plus difficile à retransmettre que l'image. Avec ce système de compression du son, la qualité d'audition est très bonne », souligne Gareth. Avec un casque stéréo, le son est quasiment celui d'un CD. « Vu les contraintes auxquelles nous étions confrontés, je crois que nous avons fait du mieux que nous pouvions. Nous avons atteint notre objectif : élargir les possibilités d'informer les gens de façon pertinente. Proposer des divertissements de qualité s'inscrit dans cette logique », conclut Jonathan.


Anne SCHURRER

lalsace180797.jpg
Au-dessus de la grande scène, Gareth surveille ses machines. « Ce qu'on réussi à faire ici, c'est d'effacer les distances et c'est magique ». (Photo « L'ALSACE » - Darek Szuster)